Corinne Cahen à la réunion ministérielle sur les migrations et l'intégration de l'OCDE

Dans son intervention en plénière, la ministre a mis l’accent sur l’importance de proposer des politiques qui répondent aux besoins spécifiques de chaque personne. Elle a rappelé "qu’on ne parle pas de chiffres et de statistiques, mais de parcours individuels et de sors humains. La diversité est un facteur de richesse qui engendre une ouverture d’esprit, une cohésion sociale, mais également une croissance économique."

La ministre a partagé avec les autres pays la situation particulière du Luxembourg où les étrangers représentent près de 50% des résidents et où la part des étrangers, y compris les frontaliers, sur le marché du travail s’élève à près de 75%. Elle a également présenté les programmes d’accueil et d’intégration qui ont été mis en place et les développements à venir. Comme il est important de baser les politiques publiques sur des faits, la ministre a annoncé que le Luxembourg va réaliser, en 2020, une étude spécifique sur l’intégration, ensemble avec l’OCDE.

Corinne Cahen a également présidé une session sur des approches innovantes de l’intégration à laquelle ont participé des représentants officiels de l’Australie, de la France, de l’Irlande, de l’Italie, de la Lituanie, de la Norvège, du Portugal, de la Roumanie, de la Suède et de la Suisse.

Dans le cadre de la réunion ministérielle, Corinne Cahen, ensemble avec les autres ministres des pays participants, a signé une déclaration ministérielle qui retient leur engagement à continuer à développer des politiques publiques qui répondent aux besoins futurs en matière de migrations et d’intégration. Les pays se sont également accordés à continuer leur collaboration internationale et l’échange de bonnes pratiques.

Dernière mise à jour