"Construire un avenir vert et inclusif post-COVID" – Xavier Bettel et Pierre Gramegna à la Ministérielle de l'OCDE dans le cadre de la vice-présidence du Luxembourg

Le Premier ministre, ministre d'État, Xavier Bettel, et le ministre des Finances, Pierre Gramegna, ont participé à la réunion ministérielle de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), qui se tient en 2021 sous la présidence des États-Unis, avec le Luxembourg et la Corée du Sud comme vice-présidents.

 

Cette Ministérielle qui a eu pour thème "Des valeurs partagées: construire un avenir vert et inclusif" s'articulait autour de plusieurs priorités: la sortie de crise de la COVID-19, une transition durable et inclusive, et la passation de pouvoirs entre le secrétaire général Angel Gurría et son successeur Mathias Cormann. Xavier Bettel et Pierre Gramegna avaient donc l'honneur de présider la réunion ministérielle à un moment charnière.

Passation de pouvoirs entre Angel Gurría et Mathias Cormann

Dans son discours, le Premier ministre a chaleureusement remercié le secrétaire général sortant pour le travail effectué au cours des 15 dernières années: "Monsieur Gurría a dirigé notre organisation, qui fête ses 60 ans cette année et qui nous appartient à tous, pendant 15 ans. 15 ans pendant lesquels il a insufflé un vent nouveau à l'OCDE. Le slogan 'Better policies for better lives' est devenu une véritable raison d'être de l'organisation, qui jouit aujourd'hui d'une crédibilité internationale qui n'est plus à faire. Je remercie Angel Gurría pour son dévouement et son investissement visant à toujours mettre l'humain au centre des réflexions. Il va laisser une marque de manière indélébile sur notre organisation."

Pierre Gramegna a également adressé ses félicitations au secrétaire général sortant: "Je tiens à remercier Angel Gurría pour son engagement exceptionnel au sein de notre organisation. Ce fut un réel plaisir de collaborer avec vous et vos équipes au cours de ces dernières années, et je tiens à vous féliciter pour votre travail remarquable. Je voudrais surtout souligner deux domaines dans lesquels des progrès significatifs ont été réalisés sous votre direction vigoureuse. Premièrement, votre contribution au processus d'élargissement a été cruciale en ce sens qu'elle a permis de renforcer durablement l'OCDE. Deuxièmement, et il s'agit probablement de votre plus grande réalisation, l'OCDE a réussi sous votre impulsion de moderniser la fiscalité internationale, tout en assurant un level playing field pour toutes les économies."

Le Premier ministre s'est montré résolument optimiste par rapport à l'avenir de l'OCDE: "Angel Gurría, avec l'excellent personnel de l'OCDE, a ouvert la voie à l'OCDE pour qu'elle reste pertinente et pour continuer sa mission de fournir à nos gouvernements de précieuses données, analyses et conseils, que ce soit dans les domaines du changement climatique, de la transformation digitale, ou encore du commerce international."

Quant au successeur d'Angel Gurría, Mathias Cormann, Xavier Bettel a relevlevel plé: "Je suis convaincu que Monsieur Cormann continuera de transformer et d'adapter l'OCDE en ces temps de changement et laissera sa marque personnelle sur les travaux de l'organisation. En tant que candidat, Mathias s'est présenté comme un constructeur de ponts. Il apporte une expérience de deux mondes, de responsabilité politique, d'adaptation et d'écoute des autres. Je lui souhaite une bonne réussite!"

Pierre Gramegna a de son côté souligné dans son discours à la première séaquence plénière sous le nouveau secrétaire général: "Sous votre direction, je suis convaincu que nous allons continuer à lutter contre le changement climatique et à accompagner la transition numérique. Cette accélération, cette course vers une économie de plus en plus digitale a pour moi, en tant que ministre des Finances, surtout montré le besoin criant d'une solution juste et équilibrée à l'imposition de cette nouvelle économie. Ce ne sera qu'au sein de l'OCDE – un vrai moteur pour trouver des solutions multilatérales – que nous pourrons trouver une réponse vraiment globale en matière de fiscalité de l'économie du numérique. Je tiens à souligner à nouveau ici que le Luxembourg salue la volonté de l'administration américaine de faire avancer ce dossier, et je suis convaincu que nous pouvons trouver ensemble et dans les temps les solutions ayant l'aval de toutes les parties – les grandes ainsi que les petites économies."

Le Premier ministre a par ailleurs remis, sur décision de S.A.R. le Grand-Duc, les insignes de grand officier dans l'ordre de Mérite du Grand-Duché de Luxembourg au secrétaire général sortant Angel Gurría.

Une triple transition: une transition vers une finance durable

Les discussions et réflexions lors des réunions des deux jours ont surtout permis aux états membres de faire le point sur les enseignements qu'ils ont tirés de la crise, et d'évoquer les pistes pour un retour à la "normale" post-COVID, ainsi que des valeurs et des politiques sur lesquelles ils veulent s'appuyer pour l'avenir. Lors de cette réunion, l'OCDE a également accueilli le Costa Rica, qui devient le 38e état membre de l'organisation.

Lors de son intervention en tant que vice-président à l'occasion de la séance d'ouverture de la Ministérielle, Pierre Gramegna a notamment souligné sa vision d'une triple transition pour mieux sortir de la crise. Il a déclaré: "Nous avons besoin à côté de la double transition d'un troisième axe, celui d'une transition vers une finance plus durable. Nous devons réussir à diriger de plus en plus d'investissements vers des projets durables et de passer ainsi des milliards aux trillions de dollars, tout en accompagnant la transition du secteur financier lui-même, notamment en ce qui concerne les risques climatiques et les risques plus généraux liés aux critères ESG. La transition financière fournit les bases permettant à nos économies de s'orienter vers une économie verte et durable, et de le faire de manière progressive."

Le ministre des Finances s'est également montré optimiste par rapport aux dernières perspectives économiques présentées par Laurence Boone, économiste en chef de l'OCDE: "L'ensemble des pays ont enregistré un recul très fort de leur croissance en 2020, qui était de -6% en Europe. Si les campagnes de vaccination continuent de s'accélérer, nous allons au cours de l'année 2021 avoir une croissance nettement plus forte que prévu. En Europe, les taux de croissance ne réussissent pas toujours à rattraper le temps perdu. Mais le Luxembourg, qui a vu un recul de seulement -1,3%, va atteindre dans les prochains jours, les prochaines semaines, le PIB d'avant la crise."

Lors d'un échange bilatéral avec Peter Haas, secrétaire d'État adjoint aux Affaires économiques et commerciales des États-Unis, le ministre a pu faire le point sur des sujets d'intérêt commun, comme notamment la finance durable et les négociations en cours autour de la fiscalité de l'économie numérique. Le ministre a surtout pu faire part à la présidence américaine de ses priorités pour la deuxième partie de la Ministérielle qui se tiendra en octobre de cette année.

En marge des réunions, Pierre Gramegna a également rencontré le directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE, Pascal Saint-Amans. Lors de cette rencontre bilatérale, il a pu aborder avec ce dernier les dernières évolutions autour de la fiscalité des entreprises numériques, et ceci notamment dans le contexte de la volonté des États-Unis de trouver un accord en la matière au cours des prochains mois.

 

Communiqué par le ministère d'État et le ministère des Finances

 

Photos: ©SIP / Luc Deflorenne  ©MFIN

     

Dernière mise à jour