À la 41e conférence générale de l'Unesco, Sam Tanson souligne les droits humains dans les domaines clés de l'organisation onusienne

Dans son discours de politique générale qu'elle a prononcé le 10 novembre 2021 devant la 41e conférence générale de l'Unesco, Sam Tanson, ministre de la Culture, s'est réjouie que l'Unesco, organisation internationale qui fête cette année son 75e anniversaire, "a su se montrer résiliente et agile et trouver les ressources pour se réinventer sans cesse".

 

Elle a ensuite rappelé qu'en tant que membre du Conseil des droits de l'Homme pour le mandat 2022-2024, le Luxembourg a retenu quatre priorités qui rejoignent de très près les domaines clés de l'Unesco:

  • L'appui à l'état de droit, à l'espace civique et aux défenseurs des droits humains, et la lutte contre l'impunité. C'est un domaine qui prend toute son importance dans l'action de l'Unesco en faveur de la sécurité des journalistes, et des femmes journalistes en particulier, action que le Luxembourg soutient activement, y compris par un cycle de conférences organisé par la Commission nationale.
  • Le développement durable et l'action climatique fondés sur les droits humains. À ce titre, la "Minett Unesco Biosphere" et la candidature du "Natur- a Geopark Mëllerdall" montre l'attachement luxembourgeois à la mise en œuvre des objectifs du développement durable sur le terrain.
  • L'égalité des genres, la lutte contre les discriminations y compris les droits des LBTIQ+.
  • La protection et la promotion du droit des enfants et l'association des jeunes aux fora internationaux.

La ministre a par ailleurs esquissé quelques développements récents dans le domaine de la culture au Luxembourg: l'avancement du projet de loi sur le patrimoine culturel qui contribue, en se basant sur les textes de l'Unesco et de l'UE, à une mise en œuvre holistique des engagements internationaux dans ce domaine; l'organisation de Esch2022 qui sera Capitale européenne de la Culture en 2022; l'inscription de nombreuses initiatives à l'inventaire luxembourgeois du patrimoine culturel immatériel ainsi que des futures candidatures multinationales dans ce domaine.

À noter que la conférence générale a réélu avec un soutien massif Audrey Azoulay comme directrice générale à la tête de l'organisation, ce dont Tanson l'a félicité.

Siégeant du 9 au 24 novembre, il est prévu que la conférence générale adopte plusieurs instruments normatifs de portée mondiale, notamment:

  • La recommandation sur l'éthique de l'intelligence artificielle, qui vise à établir une base éthique solide au développement de l'intelligence artificielle.
  • La recommandation sur la science ouverte, dans le but de faciliter la coopération internationale et l'accès universel à la connaissance scientifique.

Ces recommandations s'inscrivent dans la tradition des textes normatifs de l'Unesco, comme la déclaration universelle sur le génome humain (1997) la bioéthique (2005) ou les Conventions culturelles.

L'Unesco a par ailleurs dévoilé le 10 novembre son nouveau rapport mondial Les futurs de l'éducation qui dessine l'avenir de l'éducation dans le monde à horizon 2050. Cette présentation était suivie d'une réunion internationale dédiée à la relance de l'éducation après la pandémie de COVID-19. Le Luxembourg a marqué son soutien à la déclaration de Paris qui constitue un appel mondial à investir dans les futurs de l'éducation.

Le déplacement à Paris a également été l'occasion de rencontrer Benedetto Della Vedova, sous-secrétaire d'État italien aux Affaires étrangères.

 

Communiqué par le Ministère de la Culture

Dernière mise à jour