Recherche avancée

Paris > Actualités > Le Luxembourg a participé au XVIIe Sommet de la Francopho... >

Le Luxembourg a participé au XVIIe Sommet de la Francophonie et aux réunions préparatoires - Erevan (Arménie)

Publié le vendredi 19 octobre 2018

Le Luxembourg fait partie des 21 membres-fondateurs de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), créée à l’occasion de la Conférence de Niamey en 1970. Le Cadre stratégique actuel de la Francophonie prévoit quatre missions stratégiques de l’organisation:

  • langue française, diversité culturelle et linguistique
  • paix, démocratie et droits de l’Homme
  • éducation, formation, enseignement supérieur et recherche
  • développement durable, économie et solidarité

Le Sommet d’Erevan, qui s'est tenu du 7 au 12 octobre et portait sur le thème « Vivre ensemble dans la solidarité, le partage des valeurs humanistes et le respect de la diversité : source de paix et de prospérité pour l’espace francophone », a réuni une quarantaine de chefs d’État ou de gouvernement et plus de 80 délégations membres de l’OIF. Il y a eu des échanges notamment sur la situation politique internationale et sur celle dans plusieurs États membres de l’OIF, ainsi que sur l’état des droits et libertés dans l’espace francophone. La volonté de la Francophonie a été affirmée de se mobiliser pour faire front commun dans un multilatéralisme refondé.

Concrètement, que retenir du Sommet ?

La Francophonie a décidé de s’élargir en admettant quatre États ou gouvernements supplémentaires comme membres observateurs: la Gambie, l’Irlande, Malte et la Louisiane et a promu trois autres pays au rang de membres associés : les Émirats Arabes Unis, le Kosovo et la Serbie. L’organisation compte désormais 88 membres ;

Sur demande de nombreux États et gouvernements membres, une réforme en profondeur de l’organisation sera à prévoir au cours des prochaines années. Notons qu’en 2020, l’OIF fêtera ses 50 ans ce qui fournira l’occasion non seulement pour un bilan de l’organisation mais aussi pour sa modernisation et son adaptation aux défis futurs.

Lors du Sommet a également été désigné, par consensus, la nouvelle Secrétaire générale de la Francophonie, Mme Louise Mushikiwabo, pour un mandat de quatre ans, à compter du 1er janvier 2019. La nomination de l’actuelle ministre des Affaires étrangères du Rwanda a consacré le retour de l’Afrique à la tête de l’OIF.

Plusieurs réseaux francophones ont été lancés, notamment :

  • Le réseau francophone de prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violents pouvant conduire au terrorisme ;
  • Le réseau francophone des ministres chargés de l’économie numérique, qui se fondera sur la Stratégie de la Francophonie numérique adoptée lors du Sommet de Kinshasa en 2012, et visera à contribuer à l’émergence d’une « société de l’information démocratique, inclusive, ouverte et transparente »;

En marge du Sommet et de ses instances :

  • Un « Plaidoyer » a été adopté par des États membres de l’UE également membres de la Francophonie, dont le Luxembourg, en faveur de la langue française et du multilinguisme dans les institutions de l’Union européenne ;
  • La signature de plusieurs partenariats, dont un accord-cadre de coopération avec la Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU sur la question des violences sexuelles en période de conflits. Le Luxembourg organisera d’ailleurs, sous l’égide de la Fondation du Grand-Duc et de la Grande-Duchesse, et avec le Women’s Forum for the Economy & Society comme partenaire institutionnel, une conférence internationale intitulée « StandSpeakRise Up », à ce sujet, au printemps 2019.

La délégation luxembourgeoise a également eu l’occasion de rencontrer et d’échanger avec M. Souren Zohrabyan, Consul honoraire du Luxembourg en Arménie depuis avril 2017, qui avait réservé un accueil des plus chaleureux.

Retour