Recherche avancée

Paris > Actualités > Sommet informel des exécutifs de la Grande Région à Schengen >

Sommet informel des exécutifs de la Grande Région à Schengen

Publié le mardi 04 juillet 2017

À l’invitation du Premier ministre Xavier Bettel et de la ministre à la Grande Région, Corinne Cahen, les exécutifs de la Grande Région se sont réunis le 4 juillet 2017 à Schengen pour un sommet informel.

Photo de famille

Le Premier ministre et la ministre à la Grande Région ont accueilli leurs invités au Musée européen Schengen pour ce sommet placé sous le signe d’une Europe sans frontières. Les échanges de vues lors du sommet ont notamment mis en exergue l'attachement commun aux valeurs de la construction européenne: la paix, la liberté, la solidarité et le bien-être des peuples.

L’espace de coopération Grande Région souvent cité comme laboratoire de l’Europe, s’étend sur quatre des six États fondateurs de la Communauté économique européenne qui figurent aussi parmi les cinq États signataires, en 1985, des accords de Schengen. Dans ce contexte, les responsables politiques ont souligné l’importance pour la Grande Région de la libre-circulation des citoyens dans le cadre de l’espace Schengen. La Grande Région concentre en effet la plus importante mobilité transfrontalière de l’Union européenne avec près de 220.000 travailleurs frontaliers qui traversent quotidiennement ses frontières internes.

"La coopération transfrontalière est une composante essentielle et vitale de la construction européenne en ce qu’elle contribue à la faire entrer dans le quotidien de nos concitoyens, à leur démontrer que l’Europe est là pour leur faciliter la vie. Je suis convaincue que la coopération transfrontalière constitue à la fois l’échelon de proximité de l’Europe et son avenir", a ainsi rappelé la ministre Cahen faisant écho aux engagements de la Présidence luxembourgeoise de faire de la Grande Région un espace de vie au service du citoyen et un espace tourné vers l’avenir.

Forts de cet ancrage en Europe, les membres des exécutifs ont par ailleurs salué une coopération plus étroite avec l’Association des régions frontalières européennes (ARFE). Cette association œuvre depuis 1971 au renforcement de l’intégration européenne à travers la représentation et la défense des intérêts des régions européennes frontalières et transfrontalières.

Corinne Cahen a ensuite présenté les travaux en cours de la Présidence luxembourgeoise, placée sous le thème de la proximité et de l’intégration du citoyen. Parmi les prochaines manifestations figurent entre autres la conférence sur les incidences de la digitalisation sur le marché de l’emploi et la formation, la rencontre scolaire "Digital Kids", la Conférence sur la mobilité transfrontalière et l’Assemblée parlementaire des jeunes de la Grande Région.

Les travaux ont ensuite porté sur les questions relatives à la gouvernance. Répondant aux nouvelles opportunités de coopération offertes par la réforme territoriale française de 2016, les exécutifs ont lancé la procédure d’adhésion du département de la Meuse comme membre de plein droit du sommet à partir du 1er janvier 2018 et se sont également exprimés en faveur de l’octroi d’un statut d’observateur au département des Ardennes.

Le secrétaire d’État au Développement durable et aux Infrastructures, Camille Gira, a ensuite présenté l’état d’avancement du projet initié par le Luxembourg lors de sa présidence du Conseil de l’Union européenne de 2015 et dont l’objet est la mise en place d’un instrument juridique devant permettre de pallier les obstacles administratifs et légaux liés à la présence d’une frontière.

Les membres du sommet ont soutenu à l’unanimité la création de cet outil, qui selon eux, vient compléter les outils existants au niveau européen, tels que les programmes Interreg pour le volet financier ou encore le Groupement européen de coopération territoriale (GECT) pour le volet institutionnel. Il constituerait une réponse pragmatique et opérationnelle à la réalisation de projets transfrontaliers, comme la construction d’un tramway ou d’un hôpital à l’échelle transfrontalière, et permettrait ainsi d’améliorer la compétitivité des zones frontalières et la qualité de vie de leurs habitants.

À l’issue de la réunion, les participants au sommet se sont rendus conjointement au passage de la 4e étape du Tour de France, qui de par son tracé à travers les quatre pays de la Grande Région, constitue le symbole même d’une Europe sans frontières.

Communiqué par le ministère de la Famille, de l'Intégration et à la Grande Région

Retour